TOMAMU OU LA VIE ÉTERNELLE


Laisser, quelque part, une trace. Creuser un sillon, et avoir le sentiment d’avoir existé. Pour le faire, quel meilleur endroit au monde que le Japon ?

A Tomamu, dans la poudreuse d’Hokkaido, on ne pense à rien. On se mêle à la nature, on la marque d’une caresse, on y dessine des arabesques dont on ne comprend pas encore le sens. On glisse entre les arbres comme on franchit les portes d’un rêve. Un monde intérieur, ce paradis blanc.

Si l’écrivain écrit des livres pour continuer de vivre même après la mort, le skieur, lui, laisse une trace, une marque ou quelques signes. Un nouveau langage qui permet enfin de comprendre pourquoi on est là. Dans le silence, la neige se fend sous ses skis. Même éphémère, le sillon est éternel. Jamais on ne l’aura vu disparaître.

O.V.

Autre publication: http://acityastory.com/steps/45/tomamu-ou-la-vie-eternelle


Posts récents
Posts

Archives du site et blog © Olivier Vojetta

Proudly created by Cédric Amoyal